Catégories
Article Français

OnlyFans

Article publié par David COAT le 06/12/2020

Depuis quelques mois maintenant, on entend parler d’un engouement tout particulier autour d’une plateforme au nom désormais bien connu : OnlyFans. En effet, ce nouveau service de contenu photos et vidéos est très vite devenu ce que l’on pourrait considérer comme le nouvel Instagram de la pornographie. 

Nous expliquerons l’ampleur du phénomène et comment l’outil a renversé le marché économique de la pornographie.

OnlyFans, qu’est-ce que c’est ?

OnlyFans est une plateforme britannique qui permet aux créateurs de contenus en tout genre de publier des photos et des vidéos contre une rémunération mensuelle.

Ce genre de service fait partie des nouveaux modèles économiques dits de « l’ubérisation ».

En effet, on fournit une plateforme à des “prestataires” qui vont au travers d’une économie collaborative, et qui entrent en contact avec des clients. Ce modèle économique se nomme aussi « gig economy » traduit en économie des petits boulots. C’est un modèle économique lié à toutes les plateformes VTC ou de livraison qui mettent en relation des auto-entrepreneurs avec des clients. Et la liste d’applications est longue…

Début 2019, le New York Times déclarait que « OnlyFans [avait] changé le travail du sexe pour toujours » et beaucoup d’actrices et d’acteurs X professionnels se sont inscrits sur la plateforme.

Mais alors comment la pornographie est-elle arrivée sur OnlyFans ? Évidemment, personne ne pouvait se douter qu’OnlyFans allait devenir une plateforme pornographique, mais certains y ont quand même trouvé un intérêt rapidement… En effet, dans l’amateurisme pornographique, Snapchat était déjà récemment utilisé par les performeurs pour créer du contenu payant. L’accès au compte était payant, tout comme OnlyFans mais il devenait difficile dans sa gestion car la plateforme n’était pas adéquate.

La pornographie est totalement déstabilisée par ce genre de nouveau modèle économique. En effet, il permet à tout un chacun de créer du contenu depuis chez lui, sans disposer de moyen extraordinaire ou de studio. Et cela génère énormément d’argent … La plateforme OnlyFans permet une gestion simple et rapide des abonnés et le performeur à la main sur ses fans. Le système économique est simple : postez ce que vous désirez, aucune limite dans les contenus, nous vous verserons 80% des frais d’abonnements et nous garderons les 20% restants.

Et maintenant ?

pexels-karolina-grabowska-4386442

Dans un monde ou la pornographie formerait entre un dixième et un tiers du trafic mondial sur Internet, OnlyFans est une chance pour beaucoup de faire de l’argent, et les chiffres en font rêver plus d’un. 

Plusieurs dizaines de milliers de dollars en quelques mois, en semaine pour certains et ça ne s’arrêtera pas de si tôt : le site gagnait environ 200 000 nouveaux utilisateurs toutes les 24 heures entre mars et avril et 7 000 à 8 000 nouveaux créateurs s’inscrivent chaque jour

Les sommes sont astronomiques à tel point que même les stars d’autres milieux s’y sont essayées et ont rassemblé des milliers de fans prêts à débourser quelques dollars pour des photos ou des vidéos de leur chanteur ou chanteuse préféré.

Là où Pornhub est comparable à Youtube, OnlyFans est comparable à Instagram.

Mais le PDG d’OnlyFans, Tim Stokely préfère revendiquer la comparaison avec Uber. OnlyFans aime rappeler que malgré cette image de havre de liberté pour les professionnels et amateurs du milieu, c’est bel et bien eux qui font la loi

Si les membres créent le produit vendu par OnlyFans, ils ne sont pas employés par la plateforme comme les chauffeurs Uber ou les coursiers Deliveroo. Or, en cas de conflit, ce genre de relation n’est pas protégé par un contrat de travail mais par de simples conditions d’utilisation, modifiables à souhait.

Face à l’émergence de ces nouvelles gig economy, les pays scandinaves, eux, expérimentent déjà une nouvelle forme de modèle : la flexisécurité. Il s’agit d’une libéralisation totale des contrats et des conditions d’embauche ou de licenciement, qui permet donc d’un coté comme de l’autre d’y trouver son compte. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *