Catégories
Article Français

L’histoire du féminisme

Article publié par Aïcha NDIAYE le 22/03/2021

8 mars rime avec journée internationale des droits des femmes. Et en vue de cette journée, nous avions choisi de nous pencher sur le féminisme et ses différents courants. Qu’est-ce que le féminisme ? À quel moment est-il apparu ? Comment le féminisme a-t-il évolué depuis son apparition ?

Du latin femina, le féminisme est une doctrine ou attitude politique, philosophique ou sociale fondée sur l’égalité des sexes. Son objectif principal : améliorer la condition de la femme dans une société basée sur l’inégalité.

En France, le mouvement est apparu sous la Révolution comme une doctrine issue du siècle des lumières. Ces revendications d’égalité entre hommes et femmes ne sont cependant pas entendues par les révolutionnaires.

Pourquoi cette émergence féministe en France ?

La première vague

En 1804, la femme n’était pas considérée sur le plan légal, comme un homme : le Code Civil la plaçait sous la tutelle de son père puis de son mari, la privant ainsi de capacité juridique. Les femmes étaient d’ailleurs exclues de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen

Les deux Guerres mondiales ont grandement conduit à faire évoluer la position des femmes car, au cours de ces deux conflits, elles ont démontré leur pleine capacité à assumer les mêmes fonctions et responsabilités que les hommes : dans les champs, dans les usines, dans les rangs de la résistance ; ce qui a profondément changé la conception des rapports sociaux. En outre, les femmes revendiquent leur droit par le biais du militantisme : les suffragettes par exemple, descendent dans la rue pour manifester en faveur du droit de vote des femmes.

Sur le plan intellectuel, des œuvres telles que Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir (1949), repris plus tard par les féministes de la deuxième vague, dénoncent le sexisme, la lâcheté et la cruauté de certains hommes mais aussi le fatalisme, la soumission et l’inaction de certaines femmes.

Ainsi ces prises de conscience dans le contexte de l’après-guerre vont contribuer à ce que les femmes obtiennent des droits civiques : le droit de vote, le droit de participer aux institutions publiques et le droit à l’éducation. Cette phase constitue la première vague du féminisme.

Celles qui suivirent

Après avoir obtenu leur droit politique et social, les femmes doivent se battre pour la libération de leur corps, c’est la deuxième vague.

Dans la rue, le Mouvement de Libération des femmes (MLF), né en 1970, diffuse le slogan « Notre corps nous appartient ». L’une des co-fondatrices de ce mouvement, Antoinette Fouque, ouvre de nouvelles pistes de réflexion par rapport à la libération de la femme telles que la misogynie, le renversement du patriarcat, la maîtrise des fonctions reproductives, la notion de genre pour rééquilibrer les rapports entre les sexes… Jusqu’à cette époque, ces termes encore inconnus apparaissent. Cette nouvelle vague appelle ainsi à la construction de nouveaux liens sociaux.

Suite à cela survient la troisième vague du féminisme. Celle-ci met l’accent sur l’oppression commune de toutes les femmes. Basée sur des sujets non abordés par le féminisme de la deuxième vague tels que les droits et le respect pour les femmes de couleur, les femmes du tiers-monde, les migrantes, les homosexuelles ou les figures Queer ; le féminisme de la troisième vague décortique la catégorie Femme et met en avant son hétérogénéité. On assiste donc à la naissance de nouveaux courants au sein du mouvement.  Parmi ceux-ci nous pouvons citer : le féminisme radical, le constructivisme, l’essentialisme, le matérialisme, le féminisme post-moderne, et la théorie Queer.

Aujourd’hui en 2021, nous sommes dans cette troisième vague, le féminisme en France sera différent du féminisme au Sénégal, mais le combat reste le même : la lutte pour l’égalité des genres et une justice rétablie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *