Catégories
Article Français

Le sapin de Noël

Article publié par Aurèle DUPARC le 24/12/2020

Pour ce troisième article spécial Noël, nous vous parlerons d’un indispensable des fêtes de fin d’année, à la fois symbole de joie, de couleurs et d’un marché de plus de 150 millions d’euros : le sapin de Noël.

Une origine lointaine

Associé à la célébration de Noël dans les pays germaniques entre le Moyen-Âge et la Renaissance, la coutume de ce mystérieux sapin s’est développée dans les anciennes Estonie et Lettonie à partir du XVIIe siècle, puis dans les Baltiques au cours de la seconde moitié du XIXe siècle.

Symbole de richesse évoluant au cœur des classes supérieures, le sapin de Noël a vite vu ses branches être décorées de toutes les manières. De roses en papier coloré en passant par des pommes et des sucreries, les chrétiens moraves ont également commencé à illuminer les arbres de Noël avec des bougies, aujourd’hui remplacées par nos guirlandes électriques. Toutes les Églises chrétiennes n’ont cependant pas adopté cette tradition immédiatement. L’Église catholique par exemple, a longtemps résisté avant de présenter son premier arbre de Noël au Vatican en 1982.

Au-delà de l’émergence de ce sapin dans les pays germaniques, n’oublions pas que certaines régions et civilisations avaient déjà développé leur propre célébration d’un arbre divin. Les Archives municipales de la ville de Sélestat (Bas-Rhin) attestent que vers 1600, une tradition régionale consistait à décorer un arbre afin de symboliser la vie éternelle : couronnes et guirlandes étaient ainsi déjà prisées. L’arbre était également au centre de coutumes scandinaves, qui menaient à décorer les maisons et les granges pour chasser les mauvais esprits.

L’Encyclopaedia Britannica énonce également qu’un arbre aurait été couramment utilisé le 24 décembre pour célébrer le jour de la renaissance du soleil. Ici il ne s’agit pas d’une tradition du Moyen-Âge ou de la Renaissance mais d’une coutume occidentale remontant entre 2000 et 1200 ans avant JC.

Un marché florissant

Ce même sapin décoré se retrouve aujourd’hui dans plus de 20% des foyers français, et chaque année à la même période, il ne s’en vend pas moins de 6 millions ! Un marché de 186 millions d’euros, une tradition chère à nos cœurs mais également aux vendeurs tenant un commerce florissant issu de traditions décidément indémodables. Mais la vente de sapins est un travail de longue durée : il faut compter 6 à 7 ans pour permettre à un sapin de grandir suffisamment et d’obtenir une coupe nette. 3 semaines durant, il s’agit aussi d’une véritable course pour les producteurs, qui effectuent alors la majeure partie de leur chiffre d’affaires annuel. Le marché des sapins de Noël est un enjeu de création d’emplois dans des régions où les différentes industries peinent à s’implanter, le sapin permet de créer une activité forte, surtout en fin d’année.

D’une tradition germanique à un marché florissant et écologique en passant par un anti-démon, le sapin de Noël est une véritable institution pour fêter de superbes fêtes de fin d’année.

En espérant que cet article vous permettra de briller durant ces repas de Noël, n’hésitez pas à nous laisser en commentaires vos plus vieilles traditions de fin d’année !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *